® D Morin / Ville de Saint-Brieuc
Agrandir le texte Diminuer le texte Imprimer

« HentigGlas », une voie verte sur la voie ferrée

« HentigGlas » - le petit chemin vert, en Breton : telle est baptisée la nouvelle voie verte reliant la gare au port du Légué. Un premier tronçon est aménagé en voie verte, entre les rues Berthollet (lycée Rabelais) et Chaptal.

Relier les quartiers en privilégiant les mobilités douces

Cette voie verte relie, entre autres, le campus Mazier à l’ancien collège Beaufeuillage qui va accueillir une école d’ingénieur, médecine (PASS) et l’Institut national supérieur du professorat et de l’éducation (INSPE).

Les rues de Paris et Chaptal, qui bénéficient déjà d’une piste cyclables vers Langueux, se rejoignent elles aussi. Grâce à ses 3,5 mètres de large, la voie verte peut être utilisée par tous les usagers et les personnes à mobilité réduite. Elle est recouverte d’un enrobé poncé avec des granulats.

Et en concertation avec les étudiants et l’association Vélo Utile, elle sera éclairée aux mêmes heures que les rues du centre-ville.

Un chantier d’insertion

Si un travail de débroussaillage a été nécessaire, la végétation existante est néanmoins conservée et quelques plantations prendront place dans les zones les moins vertes.

Pour enlever les plantes invasives, l’Agglomération, en tant que maître d’ouvrage, a fait appel aux brigades vertes, entreprise d’insertion professionnelle. Un projet d’insertion est également mené avec Adaléa (association de solidarité, de lutte contre l’exclusion et contre toutes les formes de violences). L’association se voit confier la peinture d’une fresque collaborative sur le mur du pont sous lequel passe la voie verte. La fresque sera réalisée par Just do Paint, Adaléa et des étudiants.

Partenaires et financement

La création de cette nouvelle portion de voie verte s’inscrit dans la continuité des actions engagées par l’Agglomération et la Ville de Saint-Brieuc en faveur du développement des modes de déplacements doux.

Les deux collectivités ont signés, pour 5 ans, une convention d’occupation temporaire du domaine ferroviaire avec la SNCF. Plus de 50% du coût des travaux (environ 435 000€ HT), est financé à parts égales par la Ville de Saint-Brieuc et l’agglomération.

Le reste, par des subventions de l’État, de la Région, du Pays de Saint-Brieuc et de l’Europe.

La poursuite de l'aménagement de la voie ferrée entre les rues Chaptal et du Valais pourra être envisagée dès qu’un accord sera obtenu avec la SNCF.

Répondez au questionnaire du Baromètre des villes marchables, une initiative de la fédération nationale des randonneurs et du collectif Place aux Piétons.